« Cloud », une exposition de Capsule Collectif

Publié le 1 février 2024 dans Actualités

Visuel-01-attrape-couleur-minCloud

une exposition de Capsule Collectif

Exposition du 10 février au 23 mars 2024

Vernissage le samedi 10 février de 16h à 20h

Finissage le samedi 23 mars de 14h à 18h

Cloud est un environnement qui s’adapte à l’endroit où il s’enracine. Dans chacun des nouveaux espaces où il s’immisce, il crée une nouvelle atmosphère. Le biotope, le contexte qui permet l’émergence des œuvres, est lié à la biocénose, les espèces est les œuvres. Ensemble, ces deux parties complémentaires constituent le concept d’environnement ainsi que l’œuvre présentée. Ici, l’écosystème évolue dans des structures d’acier qui s’érigent au-dessus d’une terre parcourue par des câbles électriques. Des rochers de béton armé poussent des circuits imprimés, le lichen s’enroule sur les souches fossilisées et de faibles lueurs grésillent dans le humus. Les projections vidéo immergent l’espace et des sons y résonnent. Cloud, séquence d’observation n°2, un site qui imagine le devenir de notre biosphère.

Résidents du 6b à Saint-Denis, Capsule Collectif est la réunion de trois artistes, Antonin Dony, Eve Martin, Arsène Prat et d’un écrivain, Valentin Vennesson autour de projets d’installations hybrides entre art contemporain et mapping vidéo. Leur travail de l’image en mouvement est protéiforme et regroupe des créations génératives, de la prise de vue réelle et de la post-production. Leur diffusion se fait via la projection vidéo dans des scénographies communes, des mappings vidéo ou encore des installations lumineuses.

Le collectif invente des lieux futuristes où l’électronique se mêle aux matériaux organiques et minéraux. La technologie n’existe que pour véhiculer une nouvelle vision de ces paysages et s’efface au profit d’une recherche sensible. La fiction se crée alors dans un horizon anachronique où s’entrelacent des appareils déjà obsolescents et des images à venir.

Après une première exposition post-covid au 6b, Saint-Denis, leur travail a été exposé récemment au Centre d’art contemporain de Vienne en résonance avec la Biennale de Lyon 2022. Puis, leur projet d’écosystème biotechnologique a été initié au Houloc, Aubervilliers, dans le cadre de la Nuit blanche 2023. Le collectif a bénéficié d’une résidence de recherche à Chantier public, Poitiers en 2019 puis à Nancy et à la Factatory de Lyon en 2022. Le collectif participe fréquemment à la scénographie de festivals comme le Nostromo et de nombreux clubs parisiens comme le Trabendo ou le Cabaret sauvage. Ils créent des projections monumentales sur des bâtiments historiques comme le Musée Saint-Croix de Poitiers, la Basilique de Saint-Denis ou encore le Village olympique de 2024.