Résidence du 14 janvier au 31 mars 2019.

Camille Juthier développe une pratique transversale. En se libérant des catégorisations art et science, elle expérimente notre rapport au monde sensible. De la matière elle-même, et des transformations qu’elle subit à l’ère post-industrielle, elle se saisit pour nous amener à envisager les rapports de dominations qui traversent nos sociétés contemporaines. S’inspirant des textes éco-féministes, elle examine les effets coercitifs des classifications humain/non-humain, nature/culture, masculin/féminin, normal/pathologique…

En résidence à L’attrape-couleurs, elle sera particulièrement attentive à la question de l’articulation entre ruralité et urbanité. Le quartier de Saint-Rambert condense des enjeux tout à fait originaux en la matière, comme par exemple la ferme de monsieur Perraud, la dernière de Lyon intra-muros, situé à 500 mètres du centre d’art, avec qui Camille Juthier travaillera. Elle procédera également à des récoltes de végétaux au sein de la ville pour en extraire couleurs et propriétés, afin de les greffer à ses sculptures.