Résidence de l’artiste Marina Rosselle

Publié le 27 septembre 2019 dans À venir...

marina rosselle

Résidence du 1er au 28 septembre 2019

Ouverture d’atelier le dimanche 22 septembre, à l’occasion des Journées européennes du patrimoine.

Restitution de résidence le samedi 9 novembre à partir de 18h30 à L’attrape-couleurs.

Exposition hors les murs à la Mairie annexe du 5e arrondissement de Lyon du 12 au 19 novembre 2019, dans le cadre du Festival Itinérances Tsiganes.

« En septembre 2019, je serai en résidence de recherche à L’attrape-couleurs. Cette résidence d’un mois sera un moyen d’ouvrir de nouvelles pistes de réflexion tout en poursuivant ma recherche sur le paysage et le territoire, en lien avec le mode de vie des « gens du voyage », groupe dont je suis originaire. Cette recherche se basera sur de nouvelles rencontres notamment avec des jeunes voyageurs et des artisans qui viendront nourrir à la fois des créations personnelles et une (ou plusieurs) œuvre(s) collectives, ou plus exactement participatives. Et d’associer les savoir-faire, celui du commerçant ambulant (vente sur les marchés), du ferrailleur, du peintre, de l’élagueur, du jardinier, de la couturière, du vannier, du jeune résident dans une aire d’accueil, et de moi même, pour créer une œuvre sculpturale autour de leurs métiers, de leur absence, ou de la disparition de ceux-ci. Un travail artistique, poétique, sculptural, va naître, et susciter d’autres temps d’échanges, qui viendront renforcer les créations. Mais il ne s’agit pas de s’isoler. Ma volonté est aussi d’ouvrir une porte entre deux mondes qui se méconnaissent et parfois se caricaturent mutuellement. Et donc d’inviter aussi les “ gadjé ” à participer par leurs témoignages sur la vision qu’ils ont des gens du voyage lors d’une série de rencontre. C’est un travail expérimental qui à pour but de créer une dynamique de groupe au sein des voyageurs et de permettre une auto-représentation et une valorisation de leur travail quotidien. La mise à disposition d’un lieu me permettra de retrouver un confort de travail qui favorisera la réalisation. »

Marina Rosselle, septembre 2019